Migrants de l’Asie : Récits de vie

Mardi 19 novembre de 13h à 17h à l’Inalco (65 rue des Grands Moulins, salle 3.15)

Que disent les migrants de leur parcours ? Comment le racontent-ils ?
Cette journée d’étude s’intéresse avant tout aux voix des migrants venant de l’Asie et des migrants en Asie. Si le récit de vie permet à un tiers d’accéder au vécu subjectif des migrants, ainsi qu’à leur parcours parfois long et complexe, ponctué de points d’arrêt et de détours, il permet également aux migrants d’appréhender objectivement leur expérience. C’est en racontant sa propre histoire, en remettant en ordre la chronologie des différentes étapes vécues qu’on arrive à réintégrer son cours de vie et ainsi donner un sens à son présent. Est-il pourtant évident de raconter sa propre vie ?  Lors de cette journée d’étude, il sera aussi bien question du contenu même des récits, que du cadre de leur production et leurs usages, ainsi que des questions éthiques qui en découlent.

Avec
Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY, Inalco/CESSMA
« Récits de migrants d’Asie: dire, traduire et transmettre la violence et l’exil »
Ting CHEN, université Paris Diderot/LCSP (Laboratoire de Changement Social et Politique)
« Construire des récits de vie avec les femmes chinoises qui se prostituent en France – De la posture à la méthodologie »
Aki YOSHIDA, université Paris Diderot/IFRAE
« Récits de vie des Coréens du Japon (Coréens zainichi) : difficulté de la constitution et de la transmission. Quel rôle pour les écrivains ? »
Kazuhiko YATABE, université Paris Diderot/IFRAE
« La passion de la France : les intellectuels et artistes japonais dans le Paris des années folles »
Discutant : Jean-Michel BUTEL, Inalco/IFRAE

Une internationalisation des droits de l’Homme au Japon ?

5 octobre 2019 14h - 17h INALCO Salle 3.11

Journée d’études du groupe Populations Japonaises
Une internationalisation des droits de l’Homme au Japon ?
Avec :
Nathan BERIDOT, Inalco, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Isabelle KONUMA , Inalco, IFRAE
YAMAMOTO Hajime, Université Keiô (Tokyo)
Discutante : SAITÔ Emiko, chercheure en droit constitutionnel
Programme détaillé

Expériences migratoires genrées entre l’Asie et l’Europe

25 mars 2019
16h-19h
INALCO, salle 501

Discutante : Helena HIRATA (directrice de recherche émérite CNRS, CRESPPA)

Interventions de :
LEE Mi-ae, docteure en sociologie, université Le Havre-Normandie
« Domestiques migrantes chaoxianzu (朝鮮族) en France, en Corée du Sud et en Chine : des travailleuses socialistes issues de la Chine maoïste »
HAYAKAWA Miyako, doctorante en anthropologie, Centre Norbert Elias, EHESS-Marseille
« Devenir international et rester “traditionnel” ? : les expériences des expatriés.e.s/migrant.e.s japonais.es en France, au prisme du genre »
Asuncion FRESNOZA-FLOT, chercheure FNRS, Université libre de Bruxelles, Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC)
« Routes migratoires et devenir des femmes philippines en Belgique et aux Pays-Bas »
ITÔ Ruri, professeure de sociologie, université Tsuda, Tokyo
« Le travail reproductif à la charnière de deux types de classes sociales : le récit d’une travailleuse domestique philippine ou d’une “voyageuse” »

Modération et contacts :
Hélène LE BAIL, chargée de recherches CNRS, CERI-Sciences Po (helene.lebail@sciencespo.fr)
Isabelle KONUMA, professeure, INALCO-IFRAE (isabelle.konuma@inalco.fr)

Migration en Asie migration de l’Asie. Parcours et stratégie des migrants face aux mécanismes étatiques

11 octobre 2018
9h-12h30
INALCO

Les migrants acquièrent au fil de leur parcours migratoire un certain nombre de connaissances qui leur permettent d’adapter leur stratégie aux politiques migratoires des pays de destination, en Asie et au-delà. L’application des politiques migratoires et les savoir-faire migratoires varient en fonction de l’âge, du genre, de la qualité professionnelle ou du pays d’origine. Ce savoir-faire prend aussi souvent en compte des intermédiaires de la migration(agences de recrutement, agences matrimoniales, réseaux religieux et/ou de solidarité, ONG, etc.) qui peuvent se révéler déterminants en cela qu’ils se situent au plus près des migrants et de leur stratégie.

Migrations multiformes en contexte colonial –
Migrants et migrations à Hokkaido en perspective historique (1869-1899)
Noémi GODEFROY (MCF, INALCO/CEJ)

À partir de son annexion en 1869, l’île de Hokkaido devient le lieu de multiples migrations au sens propre, comme au sens guré. En effet, qu’il s’agisse de mouvements de populations en termes de déplacement dans l’espace, ou en termes de changement de statuts, qu’il s’agisse de guerriers déclassés en quête de reconversion, de repris de justice envoyés en colonie pénitentiaire, ou d’autochtones aïnous, devenus japonais, déplacés au gré des défrichages, presque tous les habitants de ce nouveau territoire japonais sont des «migrants». Le but de cet exposé, qui constitue la première étape d’une nouvelle recherche, est de présenter les différents types de migrations vers et à Hokkaido, et de proposer une première ré exion sur les origines et les formes de celles-ci, mais aussi sur la manière dont elles re ètent les changements politiques, économiques, sociaux et diplomatiques du Japon des premières décennies de l’ère Meiji.

Les Ouïghours en Asie centrale, autochtones et migrants
Dilnur REYHAN (Docteure en sociologie, INALCO/Ecole des Mines-Télécom)

Les Ouïghours sont à la fois partie constituante de l’Asie centrale, à la fois migrants en Asie centrale selon un processus historique différent des autres ux migratoires dans la région. A partir de l’histoire de la migration ouïghoure dans les États de l’Asie centrale russophone, cette présentation discutera de sa contribution dans la construction et le développement des pays d’installation mais aussi de sa contribution à la vie diasporique.

Faire contre et faire avec les contraintes juridiques : les stratégies d’appropriation des travailleurs coréens d’Asie centrale en Corée du Sud
Eunsil Yim (MCF, Université Paris Diderot, CCJ-EHESS, CNRS)

Plus de 50 000 Coréens originaires d’anciennes républiques soviétiques résident en Corée du Sud en tant que « travailleurs étrangers ». Bien qu’ils appartiennent à la catégorie diasporique juridiquement reconnue de « compatriotes (coréens) de nationalité étrangère » (oegukkukchŏk tongp’o), ils sont soumis à une série de conditions restrictives, à savoir la détention d’un visa d’entrée et d’une autorisation de travail ainsi que la limitation de la durée de séjour. Le cadre juridique contraignant n’autorisant qu’un séjour temporaire (allant de 2 à 5 ans au maximum) oblige nombre d’entre eux à passer dans la clandestinité à l’expiration de leur visa. Aussi, le fait de ne pas savoir parler la langue coréenne rend encore plus dif cile l’insertion dans la vie quotidienne et accentue le traitement discriminatoire à leur égard dans le marché du travail. En s’appuyant sur des enquêtes ethnographiques menées – entre 2014 et 2017 – au sein des travailleurs coréens d’Asie centrale en Corée du Sud, la présente recherche s’attache à rendre compte des mécanismes à travers lesquels cette catégorie diasporique, communément appelée « Koryǒ saram », s’approprie les diverses contraintes inhérentes à son statut juridique de « compatriotes (coréens) de nationalité étrangère » a n d’assurer l’intégration au quotidien dans la société sud-coréenne.

Acteurs de la mobilité ASE-Japon :
comparaison entre les situations Vietnam-Japon et Indonésie-Japon
Frédéric Roustan (ATER, Aix-Marseille université/IrAsia)

Au-delà de l’application de la politique migratoire et des cadres juridiques japonais qui contraignent la venue de migrants au Japon, nous voudrions examiner les mobilités sous un angle plus bilatéral en prenant en compte les acteurs institutionnels et autres intermédiaires dans la mise en place la migration dès le pays de départ. Nous organiserons notre présentation dans une perspective comparatiste entre deux pays d’Asie du Sud-Est (Indonésie, Vietnam).

Colons et colonisés New Perspectives on Settler Colonialism in East Asia

– International Workshop –

Lundi 19 novembre 2018

EHESS – 54 boulevard Raspail, 75006 Paris
Salle 7-37 (10-12h30) & S1-24 (14h30-16h30)

The goal of this workshop is to probe into new directions in colonial history of modern Japan. It will seek to challenge the contours of the field by looking at the trans-war history of Japanese settlers in Manchuria, social history of colonial Seoul, and rural penal settlements throughout the Empire.

10h-10h15 Welcome
Isabelle Konuma (CEJ-INALCO) & Aleksandra Kobiljski (CRJ-EHESS)

10h15-10h30 Introduction
Noémi Godefroy (CEJ-INALCO/CRJ-EHESS)

10h30-11h30 Alain Delissen (EHESS)
A social history of Seoul, 1920-1936: Am I doing settler colonialism (or am I not ?)”

11h30-12h30 Emer O’Dwyer (Oberlin College)
Towards a Transwar History of Japanese Settler Colonialism

12h30 – 14h30 Lunch break

14h30-15h30 Constance Sereni (Université de Genève)
Japanese Emigration to Manchuria, 1936-45:  Exile as a Policy

15h30-16h30 Miyamoto Takashi (Université de Tôkyô)
Making of Japanese Carceral Archipelago: Introduction of Penal Transportation System during the 1880s

La représentation du multiculturalisme dans les musées d’ethnologie : perspectives croisées Corée, Japon, Occident.

Demi journée d’étude organisée dans le cadre du groupe Populations japonaises du Centre d’Études Japonaises

vendredi 23 novembre 2018 de 15h00-18h00
INALCO salle 5.01
La science anthropologique et le musée qui accompagne bien souvent son développement sont intimement liés à l’élaboration et à la diffusion d’un regard sur l’altérité. Cette altérité, qui pouvait être lointaine, voisine ou très proche, permettait de poser une distinction nette entre le « nous » et l’ « autre ». Par un effet de miroir, en même temps que l’on décrivait les cultures étrangères, on s’identifiait à une culture locale, nationale, voire régionale et l’on construisait des identités. A l’heure de l’avènement du multiculturalisme, que deviennent les institutions ethnographiques qui ne souhaitent pas devenir uniquement des musées dépositaires d’une histoire de l’ethnologie ? Comment exposent-elles ce multiculturalisme qui interroge et conduit à une (re)négociation des identités? Ces questions seront abordées à travers trois contextes culturels différents : celui de la Corée du Sud, du Japon et de l’Europe.
15h00-15h40 : Ji-Young Park, Post-doctorante et chercheuse-associée dans le projet « Translocations » à l’Université technique de Berlin,
« Droit du sang ou droit du sol : il est temps de choisir. Le Musée national de folklore en Corée du Sud » ;
Depuis les années 2000, avec l’ouverture du marché du travail, la naturalisation des Chinois d’origine coréenne et l’augmentation des mariages internationaux, la société sud- coréenne s’ouvre à l’intégration de ces nouvelles populations. En tant qu’institution sociale, les musées nationaux coréens, dont la mission est d’établir l’identité coréenne, soit la coréanité, participent aussi à cette politique en célébrant le multiculturalisme. Dans cette perspective, le Musée national de Folklore a proposé différents programmes, notamment des mallettes pédagogiques consacrées à divers pays asiatiques voisins, des expositions temporaires sur des thématiques évoquant les populations immigrées, ou encore, des conférences sur d’autres pays et des manifestations multiculturelles. Or, cette nouvelle orientation sociale se reflète-t-elle également dans la muséographie de l’exposition permanente ? Nous nous intéresserons ainsi à l’écriture et au besoin de redéfinition d’une histoire culturelle coréenne au sein du musée national à l’époque du multiculturalisme.
15h45-16h25: Alice Berthon, ATER à l’université de Grenoble-Alpes, Inalco-CEJ/EHESS-CRJ
« L’exposition d’une société multiculturelle dans les musées nationaux japonais : à quand la fin d’un mythe ? »
Le mythe qui s’est développé dans le Japon d’après-guerre sur une prétendue homogénéité ethnique du peuple japonais est, aujourd’hui encore, largement répandu. Si la présence de minorités ethniques nationales mettait à mal cette représentation collective, c’est la reconnaissance en 2008 des Aïnous comme peuple autochtone de l’île d’Hokkaidô, ainsi que l’avènement d’un pays d’immigration, qui obligent le Japon à penser une société multiculturelle. Toutefois, tant du point de vue législatif que des discours officiels, le gouvernement japonais continue de faire montre d’une grande ambiguïté qui laisse à penser que le pays n’est pas prêt de prôner une société multiculturelle, ni d’abandonner un mythe qui montre pourtant de plus en plus ses limites. Le Musée national d’ethnologie et le Musée national d’histoire et de folklore, qui ont récemment réaménagé leur espace d’exposition permanente, tentent de présenter autrement le Japon en intégrant davantage les cultures étrangères. A quel(s) type(s) d’exposition cela aboutit-il ? et en quels termes se pose la redéfinition des discours identitaires au Japon ?
Pause
17h00-17h40 : Fabien Van Geert, Maître de conférences en Sorbonne-Nouvelle Paris 3, Cerlis
« Exposer les collections ethnographiques à l’heure du multiculturalisme. Retour sur 25 ans de pratiques muséographiques européennes ».
Au cours des années 1990, la notion de multiculturalisme s’est imposée à l’échelle internationale pour conceptualiser la nature plurielle des sociétés occidentales, en ayant des effets sur l’ensemble de la sphère culturelle, et notamment sur l’exposition des collections ethnographiques. Cette réflexion constituera en effet l’une des bases pour la rénovation de ces institutions, en profonde crise depuis les années 1970-1980, en musées des cultures du monde, présentés comme favorisant le dialogue entre les cultures et ayant dépassé le cadre colonial d’exposition. Près de vingt-cinq ans après le début de cette vague de rénovation qui touchera l’ensemble des pays de l’Europe de l’Ouest, ces institutions semblent cependant désormais être confrontées à une série d’enjeux, du fait de la remise en cause de l’idée de multiculturalisme. Dans un déplacement global de l’échiquier politique vers la droite, alimenté par l’insécurité générée par la vague d’attentats terroristes qui touche l’Europe depuis quelques années, différentes déclarations prônant la fin du multiculturalisme ont en effet été formulées par différents chefs d’État européens. En outre, la remise en cause du multiculturalisme par les épistémologies décoloniales se développant depuis les années 2000 semble avoir ravivé les débats quant aux possibilités d’exposer ces collections dans les musées européens. Dans ce contexte, cette présentation tentera de questionner l’émergence d’une « crise » de sens pour ces institutions, mais aussi le début possible d’un nouveau cycle de muséalisation de ces collections.
17h40-18h00 : discussion générale

‘Troubles psychiques’ et ‘handicaps mentaux’ dans le Japon contemporain

Demi-journée d’étude :
‘Troubles psychiques’ et ‘handicaps mentaux’ dans le Japon contemporain : des catégorisations à la prise en charge

14 juin 2018, 14h-17h
Université Paris-Diderot, Halles aux Farines, salle 406B

14h-15h : Partie 1
Le « syndrôme de Paris » : une pathologie culturelle ?
Hiroaki Ôta, Hôpital Sainte-Anne, « Les soins psychiatriques et psychothérapiques des Japonais et Franco-Japonais en France »

15h15-16h45 Partie 2 :
Catégoriser pour prendre en charge dans l’univers scolaire
Aline Henninger, Inalco – Université Paris-Diderot : « La prise en compte des élèves transgenres par le ministère japonais de l’Education »
Anne-Lise Mithout, Université Paris-Diderot, « Prise en charge scolaire du handicap mental et des ‘troubles du développement’ »

Migrants d’Asie, migrants en Asie

Journée d’études préparatoire
ASIEs / CEJ (Populations japonaises)
Migrants d’Asie, migrants en Asie
INALCO
65 rue des Grands Moulins
75013 Paris

Mardi 12 juin 2018 10h-13h, salle 3.01

Migrations asiatiques en France

Pan Junliang (université Paris Diderot/CESSMA)
Les réseaux religieux des migrants chinois en France

 Hélène Le Bail (Sciences Po/CERI)
Migrants et descendants de migrants chinois en France : citoyennetés en mutations

Yatabe Kazuhiko (université Paris Diderot)
Les Japonais en France, entre adaptation et intégration

Françoise Robin (INALCO/ASIEs)
Le double exil des Tibétains : du Tibet à l’Asie du sud à partir de 1959, de l’Asie du sud vers l’Occident à partir de 1990

14h15-17h15, salle 3.01
Migrations dans le Pacifique

Isabelle Konuma (INALCO/CEJ)
Mesurer l’attractivité juridique des pays d’accueil : étude du cas japonais dans une perspective comparative

Hui-yeon Kim (INALCO/ASIEs)
D’un pays de départ à un pays d’accueil : migrations en Corée du Sud

Pauline Cherrier (université Aix Marseille/IrAsia)
1990-2015 : 25 ans d’immigration brésilienne au Japon, bilan et perspectives

Jean-Michel Butel (INALCO/CEJ)
Émigrations et immigrations au Japon pour une petite communauté locale. L’exemple de Hachijô-jima

17h30, salle 3.03

Projection du film tibétain Royal Café (Tenzin Dazel, 40 minutes)

Robots, poupées et techno-réalités au Japon. La fabrique des êtres artificiels

Journée d’étude avec:
1. Zaven Paré (université d’État de Rio de Janeiro, École supérieure de design industriel)
Pourquoi faut-il prendre soin des robots?
2. Sasa Yûko (IRIS, UMR 7222, Sorbonne université)
De relations humaines étiolées aux robots gluants
3. Agnès Giard (Sophiapol, EA 3932, université Paris Nanterre)
Simulacres amoureux, stratégies d’échec : le corps de la contradiction
16 Février 2018
INALCO
65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Salle 3.08, 14h00-17h30

Logement social : perspectives croisées Angleterre, France, Japon

Journée d’études
Logement social : perspectives croisées Angleterre, France, Japon

9 janvier 2018 14h00-17h30
INALCO
65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Salle 3.15,
Contact : nicolas@pinet.onl

1. David Fée, CREC (CREW), Université Sorbonne nouvelle – Paris 3
« Le logement social au Royaume-Uni, 1890- 2017 : déclin ou
évolution ?»

2. Jean-Claude Driant, Lab’Urba, École d’urbanisme de Paris
« Le logement social en France : remise en cause d’un modèle
généraliste et national ? »

3. Nicolas Pinet, LCSP, Université Paris Diderot – Paris 7
« Politiques publiques de logement et habitat social au Japon, 1950-
2017 »

Télécharger l’affiche ici Affiche-JE-2018-01-09-Populations-japonaises

Eugénisme dans le Japon moderne et contemporain

Le 25 novembre 2017, le groupe de recherches Populations Japonaises, avec le concours de l’université Ryûkoku, organise une journée d’études sur le thème “Eugénisme dans le Japon moderne et contemporain”.

Programme
13h30 : Arnaud Nanta (chercheur, CNRS-IAO)
Les études en anthropologie raciale en Corée colonisée : La défense des « origines communes nippo-coréennes » contre l’autochtonisme et le courant eugéniste (1916-1940)
14h10 : Isabelle Konuma (MCF, INALCO)
Quel eugénisme pour quel idéal ? La redéfinition de l’eugénisme japonais dans l’immédiat après-guerre
14h50 : Homei Aya (Lecture, University of Manchester)
Developing population quality in post-war Japan
Pause
16h : Christine Lévy (MCF, université Bordeaux Montaigne)
Féminisme et eugénisme : Les difficultés d’un débat sur le libre choix de la femme
16h40 : Anne-Lise Mithout (MCF, université Paris Diderot)
Aoi shiba no kai : Un mouvement de personnes handicapées face à l’eugénisme
17h20 : Ishizaki Manabu (Professeur, université Ryûkoku)
Les mesures d’isolement des lépreux au Japon

AffichePJ_25_11

Deconstructing and reconstructing Ainu Identity. From assimilation to recognition 1868-2008

Noémi Godefroy, “Deconstructing and Reconstructing Ainu Identity. From assimilation to recognition 1868-2008”, communication lors de la conférence internationale EAJS, aout 2011

 

Télécharger l’article

Voir la présentation

Chinois au Japon : synthèse

Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et la fin des années 1970, les flux de populations entre la Chine (et dans une moindre mesure Taiwan) et le Japon ont été presque totalement suspendus. Cette longue coupure résulte aussi bien de la fermeture à l’entrée des frontières japonaises que de la fermeture à la sortie des frontières chinoises. Ceci a eu pour conséquence la constitution de deux communautés chinoises indépendantes l’une de l’autre : celle des anciens immigrés, appelés les oldcomers,  et celle des nouveaux arrivants, les newcomers.

Les termes de oldcomers, オールドカマーズ (anciens immigrés) et de newcomers, ニューカマーズ (nouveaux arrivants), tirés de l’anglais, ne se limitent pas à désigner un phénomène propre à l’immigration chinoise, mais s’applique à l’ensemble de l’histoire de l’immigration au Japon.Oldcomers renvoie aux étrangers et personnes d’origine étrangère arrivés, pour la plupart, avant 1945 et newcomers à ceux arrivés depuis la seconde moitié des années 1970 et jusqu’à aujourd’hui. En 1945 vivaient au Japon plus de deux millions de Coréens et environ 60 000 Chinois de Taiwan et du Continent. Dans les années qui suivent la guerre, la majorité de ces résidents étrangers est rapatriée, cependant, plus de 500 000 Coréens et 30 000 Chinois font le choix de rester au Japon et deviendront ceux que l’on désigne par le terme de oldcomers. Dans 99% des cas, les oldcomers étaient originaires des régions d’Asie colonisées par le Japon et avaient donc, jusqu’à la défaite japonaise de 1945, le statut de « sujet de l’Empereur japonais ». En 1952 ils perdent tout droit à la nationalité japonaise et deviennent de simples résidents étrangers sans plus de droits que les autres étrangers. Il faut attendre 1991 pour que le gouvernement japonais accorde à tous les immigrés de longue date un statut privilégié, celui de « résident permanent spécial » (特別永住者 / tokubetsu eijûsha). Dans son sens large, le terme de oldcomer désigne non seulement les personnes ayant le statut de résident permanent spécial, mais aussi celles qui ont acquis la nationalité japonaise. Ces dernières s’étant volontairement, ou au fil des générations, fondues dans le groupe majoritaire japonais il est difficile d’en estimer l’importance. Les seuls chiffres qui existent sont ceux des détenteurs d’un statut de résident permanent spécial (leur nombre diminue régulièrement tous les ans). En 2009, ce statut concernait 405 571 Coréens (du Nord et du Sud) et 2 818 Chinois, pour la plupart originaires de Taiwan.

Ce n’est qu’au milieu des années 1970 que le gouvernement japonais a progressivement ouvert ses frontières aux travailleurs étrangers. La Chine de son côté n’a libéralisé sa politique en matière d’émigration qu’à partir de 1978. Les flux d’immigration chinoise au Japon ont ainsi connu un quasi-arrêt entre les années 1950 et 1980. Au cours de ces décennies, la population chinoise au Japon augmente très lentement par contraste avec l’accroissement constant des flux des vingt-cinq dernières années. On comptait 40 481 résidents chinois en 1950, leur nombre passe à 52 896 en 1980. Dix ans plus tard, en 1990, il a presque triplé, passant à 150 339. Leur nombre triple à nouveau entre 1990 et 2003 pour atteindre 462 396 personnes. En 2010, le nombre de résidents chinois au Japon s’élève à 687 156 personnes.

Population de nationalité chinoise officiellement enregistrée comme résident au Japon 1950-2004

Source : réalisé à partir des données du Bureau d’immigration : 出入国管理 (Shutsunyû koku kanri / Contrôle des migrations) [en ligne]. Tokyo : ministère de la Justice, éditions 2004 et 2010. Disponible sur : http://www.moj.go.jp/.

Le chiffre un peu supérieur à 50 000 Chinois en 1970 correspond grosso modo à la population chinoise oldcomer. Avant 1972 l’acquisition de la nationalité japonaise était très difficile pour les Taiwanais et encore peu de Chinois avaient fait les démarches pour la naturalisation. Le rythme des naturalisations s’accélère dans les années 1970 et peu de Chinois oldcomers ont conservé leur nationalité chinoise (de République de Chine ou de République populaire de Chine) : 2 818 en 2009 comme nous l’indiquions ci-dessus. Par contraste le nombre de résidents chinois arrivés au cours des 30 dernières années a augmenté très rapidement.

Le clivage entre les deux communautés est dès le départ celui du temps et du nombre. Par la suite, les deux communautés ont contribué à creuser le fossé qui les sépare. La tendance à garder l’autre à distance peut s’expliquer aussi bien par la réussite de certains nouveaux arrivants, que par les difficultés rencontrées par certains autres. Du côté des nouveaux arrivants, le peu de relations nouées avec les anciens immigrés chinois se comprend par leur sentiment d’appartenance à une classe socio-économique différente, ou plus simplement à un univers différent. Malgré tout le respect que les nouveaux arrivants expriment pour ceux qu’ils nomment les « anciens huaqiao » (老 华侨 / lao huaqiao, « anciens Chinois d’outre-mer »), il n’est pas rare qu’ils soulignent le fossé socio-culturel qu’ils ressentent à leur égard.

Parmi les nouveaux résidents étrangers, toujours plus nombreux depuis les années 1980, les Chinois de République populaire de Chine (RPC) représentent une large majorité. Ils sont devenus la première population étrangère en 2007, leur nombre dépassant celui des Coréens.

A la différence des autres groupes de nationalité, les Chinois ont pour particularité d’avoir privilégié le canal étudiant comme voie d’entrée au Japon. Même si le statut d’étudiant n’est pour certains migrants qu’un moyen de venir travailler au Japon, il s’agit, toutefois, d’un canal d’immigration très sélectif. Dans tous les pays industrialisés, les études sont la « voie royale de l’expatriation » : les deux tiers des travailleurs étrangers hautement qualifiés dans les pays de l’OCDE seraient entrés dans leur pays d’accueil en tant qu’étudiants. La prépondérance des étudiants et anciens étudiants parmi les nouveaux migrants chinois au Japon explique que la population chinoise y soit aujourd’hui marquée par une proportion élevée de personnes qualifiées, voire hautement qualifiées. Ceci peut expliquer en partie que cette population, en l’espace d’une génération, ait accédé à des emplois qualifiés et se soit insérée dans les classes sociales moyennes, voire privilégiées, de la société d’accueil. La population newcomer chinoise au Japon offre ainsi une image très éloignée de certains stéréotypes qui décrivent l’immigration chinoise comme une immigration commerçante qui tend à créer des communautés coupées de la société d’accueil.

Notons également que le poids des étudiants dans les flux de migration vers le Japon a opéré une transformation de la géographie des lieux d’origine. La plupart ne sont en effet pas originaires des régions traditionnelles d’émigration que sont le Zhejiang, le Fujian et le Guangdong, mais des grandes villes chinoises : en particulier de Shanghai et des villes du quart Nord-Est de la Chine, telles que Pékin, Tianjin, Shenyang ou Dalian.

Hélène Le Bail, le 4 avril 2012.

Référence :

Hélène Le Bail, Migrants chinois hautement qualifiés au Japon, Les Indes savantes, février 2012. ISBN : 978-2-84654-261-6