Les nojukusha (« SDF ») de Tôkyô

Mélanie Hours, « Les nojukusha de Tôkyô : relégation, déni de pauvreté et réponses parcellaires », in : TERROLLE, D. BRUNETEAUX, P. (dir.), L’arrière cour de la mondialisation – Ethnographie des paupérisés. Paris : Éditions du Croquant, collection TERRA, 2010-09 , p.67-84

Au Japon, bien que le terme « sans domicile fixe » existe (nojukusha : littéralement « personne qui vit dehors ». Contraction du terme « nojuku seikatsusha » ), il est très rarement employé, sans doute parce que la grande majorité vit justement dans un lieu fixe. Le terme « homeless » (homuresu) est le plus courant, pourtant celui-ci ne définit pas mieux les sans-logis que les termes japonais qui s’y réfèrent. Alors que l’expression nojukusha semble la plus appropriée, c’est la désignation anglophone qui tient lieu de terme officiel[1] depuis la parution du livre blanc sur les sans-logis de Tôkyô en 2001[2]. Comme si on voulait faire allusion à un phénomène extérieur au Japon qui « contaminerait » aujourd’hui le pays.

En 2003 on comptait 25 000 sans-logis (35 000 selon les associations) dans l’archipel, dont 7700 à Osaka et 6600 à Tôkyô. Pour une ville comme Tôkyô, comptant plus de 8,5 millions d’habitants, ce chiffre peut paraître insignifiant comparé à la situation dans les villes des autres pays industrialisés, mais l’impact de la soudaine visibilité des sans-logis sur la population est loin d’être négligeable. Elle a suscité l’incompréhension face à l’idée communément répandue d’absence de pauvreté, et ébranlé les représentations du modèle social fondé sur le plein emploi et une classe moyenne élargie.

 Lire l’article complet


[1] On le retrouve dans toutes les enquêtes et rapports officiels, au niveau local et national

[2] Tôkyô no hômuresu [les sans-logis de Tôkyô], 2001, Mairie de Tôkyô

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search