Propagande militariste à travers les films de guerre japonais

Mathieu Capel, “De la pédagogie au spectacle : propagande militariste à travers les films de guerre japonais 1933-1945”

En 1946, pour devancer les forces d’occupation américaines dont on craint l’ignorance et l’incompréhension, le «Groupe des cinéastes libres » se charge de désigner parmi les cinéastes japonais d’éventuels criminels de guerre. Après avoir été cité parmi ces « cinéastes libres » le réalisateur Mansaku Itami s’en désolidarise dans une célèbre tribune, « Le problème de la responsabilité face à la guerre ».

Le point de vue d’Itami est symptomatique du désarroi qui saisit l’ensemble du monde artistique au lendemain de la capitulation. Invariablement, les réponses opposées à cette question des responsabilités oscillent entre deux pôles : la désignation arbitraire, forcément inique, par des groupes désormais proches de la gauche communiste dont les membres pourraient eux-mêmes, à la faveur d’un léger glissement, faire l’objet d’accusations semblables ; l’affirmation de la responsabilité globale de la population japonaise, position plus ou moins indifférente au degré d’implication de chacun, refusant de fixer aucun critère de jugement et appelant davantage à l’introspection.

Télécharger l’article complet

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search